VIRGINIE OTTH : INTERNAL DIMENSION

Dans le cadre des 50 Journées pour la photographie organisés par Centre de la photographie Genève, SAKS présente l’exposition personnelle de Virginie Otth : Internal Dimension.

"L'énigme tient en ceci que mon corps est à la fois voyant et visible".
Maurice Merleau-Ponty

“A l'origine de cette image, un retour vers l'organique: la nécessité d'observer ce qui observe, et ainsi de disséquer un oeil.

A travers mes recherches sur la perception visuelle, le rapport entre notre appareil optique et le cerveau, l'oeil et l'esprit, il était m'était devenu tout à fait nécessaire de disséquer un oeil, d'observer ce qui observe. Ce labyrinthe mental me fascine. Il est mis en scène dans cette première image, Internal Dimension, qui donne son titre à l'exposition: un organe aussi réel que mystérieux dans espace mental presque virtuel.

Une version fidèle, une version littérale, une version originale, une version photographique, une perception multiple… Le sujet importe peu, c'est une compositions faite avec des outils qui servent au regard. J'aimerais me distraire de la possible réalité de l'objet/sujet par la multiplication des vues, des points de vues, des lumières, des champs de netteté, des supports. Observer "le regard posé sur", le "comment donner à voir".

J'aime ce travail infini et lent qui commence par l'observation de la lumière sur les objets presque toujours les mêmes, à la manière de Giorgio Morandi, ce luxe infini que d'écarter les problématiques du sens dans le sujet pour travailler le médium et notre perception des choses, de la lumière, des vides. Et si, comme dit Merleau-Ponty: "la pensée se réduit délibérément à l'ensemble des techniques de prise ou de captation qu'elle invente", alors s'ouvre un potentiel de perceptions infinies.”

http://presque-rien.net/files/gimgs/32_view-expo.jpg
http://presque-rien.net/files/gimgs/32_view-02.jpg